Komodo Edit

Repéré sur Framasoft, Komodo Edit est un charmant petit logiciel multiplateforme, libre et gratuit (contrairement à Komodo IDE, plus complet mais payant) et surtout, caractéristique rare, basé sur la plateforme XUL. La même utilisée au départ par Mozilla Firefox, Thunderbird ou encore Songbird.

C’est un éditeur relativement intéressant pour les développeurs web car il permet de gérer des projets, fonctionne avec le même système d’onglet que Firefox, possède l’auto-complétion et deux trois fonctionnalités sympathiques pour le code :

Il vous indique la liste des variables lorsque vous tapez un $

En maintenante la touche Contrôle et en passant le curseur sur un code hexadécimal de couleur (pour le CSS par exemple), Komodo affiche un carré avec la couleur. Si on clique, il fait apparaître la fenêtre pour sélectionner une autre couleur.

Il indique une petite description de la fonction utilisée

Séparer une vue en deux colonnes pour éditer deux fichiers à la fois, grâce à l’interface XUL, est un réel jeu d’enfant et il supporte, bien entendu, une grande quantité de langage. Ces quelques fonctionnalités, pour une utilisation plutôt orientée Web vont me faire progressivement abandonner l’excellent Notepad++ pour Komodo Edit. Cependant, attention, il n’est disponible que dans la langue anglaise.

J’ai eu l’occasion de suivre une dizaine d’heures de débats sur l’HADOPI à l’Assemblée Nationale. Déjà, ça fait un chouette exercice de style (ou de langue de bois) et un bon son d’ambiance. L’hémicycle m’a paru bien vide pour un projet ayant l’ampleur de ce qu’a déjà mis en place des pays très libres tel que la Chine. C’est aussi l’occasion de faire le triste constat d’un déni bien large de la démocratie.

Et ceci a bien dû casser le moral des gens qui sont conscient et qui défende le reste de bon sens qui pourrait rester encore au gouvernement de Français. C’était sans compter sur l’événement de dernière minutes que fut le rejet de la loi HADOPI. Pour souvenir ça n’est arrivé que deux fois dans la Vème république avec :

  • Les OGM
  • Le PACS

Tout n’est pas perdu, cependant le texte va être relu par l’Assemblée, et, à cette occasion, un collectif a rassemblé autour de lui des partis politiques et d’autres collectifs dans le but de manifester contre ce projet de loi… bidon. Pour le reste, je ne vais pas aller plus loin, je vous conseille plutôt d’aller lire le site PCInpact, dont Marc Rees, journaliste, a fait un travail remarquable (en plus des nuits blanches) sur les différents points du projet et peut-être moins militant (mais on pourra pas leur en vouloir) que Numérama. Surtout que du travail, il y en avait avec tout ce qu’a pu dire la ministre et son fidèle rapporteur.